Prière quotidienne de la Confrérie du Sacré-Cœur, fondée par l'Abbé Guéroult, à Tilly (1901)


Cœur Sacré de Jésus,

je me consacre entièrement à Vous,

protégez la Sainte Église contre ses ennemis,

ayez pitié de la France

et faites que je Vous aime toujours davantage.

Ainsi soit-il.

✝︎

Consécration du Genre Humain au Cœur Immaculé de Marie

Composée par Sa Sainteté Pie XII.


Récitée à Rome

lors du Jubilé des Apparitions de Fatima,

le 31 octobre 1942


Reine du Très Saint Rosaire,

Secours des Chrétiens,

Refuge du Genre Humain,

Victorieuse de toutes les batailles de Dieu,

nous voici prosternés, suppliants au pied de Votre trône,

dans la certitude d’obtenir miséricorde

et de recevoir les grâces, l’aide et la protection opportunes

dans les calamités présentes,

non en vertu de nos mérites,

dont nous ne saurions nous prévaloir,

mais uniquement par l’effet de l’immense bonté de Votre Cœur maternel.


C’est à Vous,

c’est à Votre Cœur Immaculé

qu’en cette heure tragique de l’histoire humaine

nous nous confions et nous nous consacrons,

non seulement en union avec la Sainte Église

Corps mystique de Votre Fils Jésus

qui souffre et verse son sang en tant de lieux,

qui est en proie aux tribulations de tant de manières,

mais en union aussi avec le monde entier,

déchiré par de farouches discordes,

embrasé d’un incendie de haine

et victime de ses propres iniquités.


Laissez-Vous toucher par tant de ruines matérielles et morales ;

par tant de douleurs, tant d’angoisses

de pères et de mères,

d’époux, de frères,

d’enfants innocents ;

par tant de vies fauchées dans la fleur de l’âge ;

par tant de corps déchiquetés dans l’horrible carnage ;

par tant d’âmes torturées et agonisantes,

par tant d’autres en péril de se perdre éternellement.


Ô Mère de Miséricorde,

obtenez-nous de Dieu la Paix ;

et surtout les grâces qui peuvent en un instant

convertir le cœur des Hommes,

ces grâces qui préparent, concilient, assurent la paix !


Reine de la Paix,

priez pour nous

et donnez au monde en guerre

la Paix après laquelle les peuples soupirent,

la Paix dans la Vérité,

dans la Justice,

dans la Charité du Christ.

Donnez-lui la paix des armes et la paix des âmes,

afin que dans la tranquillité de l’ordre

s’étende le Règne de Dieu.

Accordez Votre protection aux infidèles

et à tous ceux qui gisent encore dans les ombres de la mort ;

donnez-leur la Paix

et faites que se lève pour eux le Soleil de la Vérité

et qu’ils puissent avec nous,

devant l’unique Sauveur du monde, répéter :


« Gloire à Dieu au plus haut des Cieux

et Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté »

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc, II, 14


Aux peuples séparés par l’erreur ou par la discorde,

et particulièrement à ceux qui professent pour Vous

une singulière dévotion

et chez lesquels il n’y a pas de maison

qui n’honorât Votre vénérable icône,

donnez la Paix

et reconduisez-les à l’unique Bercail du Christ,

sous l’unique et vrai Pasteur.


Obtenez à la Sainte Église de Dieu

une Paix et une Liberté complètes ;

arrêtez les débordements du déluge néo-païen ;

développez dans le cœur des fidèles

l’amour de la pureté,

la pratique de la vie chrétienne

et le zèle apostolique,

afin que le Peuple des Serviteurs de Dieu

augmente en mérites et en nombre.


Enfin,

de même qu’au Cœur de Votre Fils Jésus

furent consacrés l’Église et le Genre Humain tout entier,

afin que, toutes leurs espérances étant placées en Lui,

Il devînt pour eux signe et gage de Victoire et de Salut,

ainsi et pour toujours nous nous consacrons à Vous,

à votre Cœur Immaculé,

ô notre Mère et Reine du monde,

pour que Votre amour et Votre protection

hâtent le Triomphe du Règne de Dieu

et que toutes les nations, en paix entre elles et avec Dieu,

Vous proclament Bienheureuse

et entonnent avec Vous,

d’une extrémité du monde à l’autre,

l’éternel Magnificat de gloire, d’amour, de reconnaissance

au Cœur de Jésus,

en qui seul elles peuvent trouver la Vérité, la Vie et la Paix.

Amen.

Consécration personnelle à la Vierge Marie

Prière de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort


COURTE

Je Vous choisis aujourd’hui, ô Marie,

en présence de toute la Cour Céleste,

pour ma Mère et ma Maîtresse,

Je Vous livre et consacre, en qualité d’esclave,

mon corps et mon âme,

mes biens intérieurs et extérieurs,

et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures,

Vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi

et de tout ce qui m’appartient, sans exception,

selon Votre bon plaisir,

à la plus grande Gloire de Dieu,

dans le temps et l’éternité.

Amen.


INTÉGRALE

Ô Sagesse éternelle et incarnée !

Ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme,

Fils unique du Père Éternel et de Marie, toujours Vierge !

Je Vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père,

pendant l’éternité, et dans le sein virginal de Marie, Votre digne Mère,

dans le temps de Votre incarnation.


Je Vous rends grâce de ce que Vous Vous êtes anéanti Vous-même,

en prenant la forme d’un esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon.

Je Vous loue et glorifie de ce que Vous avez bien voulu Vous soumettre à Marie Votre sainte Mère,

en toutes choses, afin de me rendre, par Elle, Votre fidèle esclave.

Mais hélas ! Ingrat et infidèle que je suis,

je ne Vous ai pas gardé les vœux et les promesses que je Vous ai solennellement faits dans mon Baptême.

Je n’ai point rempli mes obligations.

Je ne mérite pas d’être appelé Votre enfant ni Votre esclave,

et comme il n’y a rien en moi qui ne mérite Vos rebuts et votre colère,

je n’ose plus par moi-même approcher de Votre sainte et auguste Majesté.

C’est pourquoi j’ai recours à l’intercession et à la miséricorde de Votre sainte Mère,

que Vous m’avez donnée pour Médiatrice auprès de Vous,

et c’est par son moyen que j’espère obtenir de Vous la contrition et le pardon de mes péchés,

l’acquisition et la conservation de la sagesse.


Je Vous salue donc, ô Marie Immaculée, tabernacle vivant de la Divinité,

où la Sagesse éternelle cachée veut être adorée des Anges et des Hommes ;

Je Vous salue, ô Reine du Ciel et de la Terre, à l’Empire de qui tout est soumis :

tout ce qui est au-dessous de Dieu ;

Je Vous salue, ô Refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n’a manqué à personne.

Exaucez les désirs que j’ai de la divine Sagesse,

et recevez pour cela les vœux et les offres que ma bassesse Vous présente.


Moi, [ votre prénom et nom de famille ], pécheur infidèle,

je renouvelle et ratifie aujourd’hui, entre Vos mains, les vœux de mon Baptême :

Je renonce pour jamais à Satan, à ses pompes et à ses œuvres,

et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée,

pour porter ma croix à Sa suite tous les jours de ma vie,

et afin que je Lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici.

Je Vous choisis aujourd’hui, en présence de toute la Cour Céleste,

pour ma Mère et ma Maîtresse

Je Vous livre et consacre, en qualité d’esclave,

mon corps et mon âme,

mes biens intérieurs et extérieurs,

et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures,

Vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient,

sans exception, selon Votre bon plaisir,

à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité.


Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage,

en l’honneur et union de la soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir de Votre maternité,

en hommage de la puissance que Vous avez tous deux sur ce petit vermisseau et ce misérable pécheur,

et en action de grâces (des privilèges) dont la Sainte Trinité Vous a favorisée.

Je proteste que je veux désormais, comme Votre véritable esclave,

chercher Votre honneur et Vous obéir en toutes choses.


Ô Mère admirable,

présentez-moi à Votre cher Fils, en qualité d’esclave éternel,

afin que, m’ayant racheté par Vous, Il me reçoive par Vous.

Ô Mère de Miséricorde,

faites-moi la grâce d’obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me mettre, pour cela,

au nombre de ceux que Vous aimez, que Vous enseignez, que Vous nourrissez

et protégez comme Vos Enfants et Vos Esclaves.


Ô Vierge fidèle !

Rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple,

imitateur et esclave de la Sagesse incarnée,

Jésus-Christ Votre Fils,

que j’arrive par Votre intercession et à Votre exemple,

à la plénitude de Son âge sur la terre et de Sa gloire dans les Cieux.

Ainsi soit-il.

Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus

Prière de Sainte Marguerite-Marie


Je donne et consacre au Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ,

ma personne et ma vie, mes actions, peines et souffrances

pour ne plus me servir d’aucune partie de mon être

que pour L’aimer, L’honorer et Le glorifier.


C’est ici ma volonté irrévocable d’être tout à Lui

et de faire tout pour Son Amour,

en renonçant de tout mon cœur à tout ce qui pourrait Lui déplaire.

Je Vous prends donc,

ô Cœur Sacré,

pour l’unique objet de mon amour,

le Protecteur de ma vie,

l’Assurance de mon salut,

le Remède à mon inconstance,

le Réparateur de tous les défauts de ma vie

et mon Asile assuré à l’heure de ma mort.


Soyez donc,

ô Cœur de Bonté,

ma justification envers Dieu le Père

et détournez de moi les traits de Sa juste Colère.


Ô Cœur d’Amour,

je mets toute ma confiance en Vous,

car je crains tout de ma faiblesse,

mais j’espère tout de Vos bontés.

Consumez donc en moi tout ce qui peut Vous déplaire ou résister ;

que Votre Pur Amour s’imprime si avant dans mon cœur,

que jamais je ne puisse Vous oublier,

ni être séparé de Vous ;

je Vous conjure par toutes Vos bontés,

que mon nom soit écrit en Vous,

puisque je veux faire consister tout mon bonheur

à vivre et mourir en qualité de Votre esclave.

Ainsi soit-il.

Acte de réparation au Sacré-Cœur de Jésus

Recommandé par Sa Sainteté Pie XI


Récité lors de la fête du Sacré-Cœur de Jésus


Très doux Jésus,

Vous avez répandu sur les hommes les bienfaits de Votre Charité,

et leur ingratitude n'y répond que par l'oubli, le délaissement, le mépris.

Nous voici donc prosternés devant Votre autel,

animés du désir de réparer, par un hommage spécial,

leur coupable indifférence et les outrages dont, de toutes parts,

ils accablent Votre Cœur très aimant.


Cependant, nous souvenant que nous-mêmes,

nous nous sommes dans le passé rendus coupables d'une si indigne conduite,

et pénétrés d'une profonde douleur,

nous implorons d'abord pour nous-mêmes Votre Miséricorde.

Nous sommes prêts à réparer, par une expiation volontaire,

les fautes que nous avons commises,

tout prêts aussi à expier pour ceux qui, égarés hors de la Voie du Salut,

s'obstinent dans leur infidélité, refusant de Vous suivre,

Vous, leur Pasteur et leur Chef,

ou, secouant le joug si doux de Votre Loi,

foulent aux pieds les promesses de leur baptême.


Nous voudrions expier pour tant de fautes lamentables,

réparer pour chacune d'elles :

désordres de la conduite, indécence des modes,

scandales corrupteurs des âmes innocentes,

profanation des dimanches et des fêtes,

blasphèmes exécrables contre Vous et contre Vos Saints,

insultes à Votre Vicaire et à Vos Prêtres,

abandon et violations odieusement sacrilèges

du divin Sacrement de Votre Amour,

péchés publics enfin des Nations qui se révoltent

contre les droits et l'autorité de Votre Église.


Que ne pouvons-nous effacer de notre propre sang tant d'offenses !

Du moins, pour réparer Votre honneur outragé,

nous Vous présentons cette même satisfaction que Vous avez offerte

à Votre Père sur la Croix

et dont Vous renouvelez l'offrande,

chaque jour, sur l'autel ;

nous Vous la présentons,

accompagnée de toutes les satisfactions

de la Très Sainte Vierge Votre Mère,

des Saints,

des chrétiens fidèles.


Nous Vous promettons, de tout notre cœur,

autant qu'il dépend de nous et avec le secours de Votre grâce,

de réparer nos fautes passées, celles de notre prochain,

l'indifférence à l'égard d'un si grand Amour,

par la fermeté de notre foi,

la pureté de notre vie,

la docilité parfaite aux préceptes de l'Évangile,

à celui surtout de la charité.

Nous vous promettons aussi de faire tous nos efforts

pour Vous épargner de nouvelles offenses

et pour entraîner à Votre suite le plus d'âmes possible.


Agréez, nous Vous en supplions,

ô très bon Jésus,

par l'intercession de la bienheureuse Vierge Marie Réparatrice,

cet hommage spontané d'expiation ;

gardez-nous, jusqu'à la mort,

inébranlablement fidèles à notre devoir et à Votre service,

accordez-nous ce don précieux de la persévérance

qui nous conduise tous enfin à la Patrie

où, avec le Père et le Saint-Esprit,

Vous régnez,

Dieu,

dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.